Laureen Ortiz est journaliste. Je l’ai rencontrée car elle vient de publier un livre, dont le titre et le contenu m’ont intéressé : Porn Valley, aux éditions Premier Parallèle. Elle y relate sa découverte et ses tentatives d’en savoir plus sur l’industrie du film pornographique, à Los Angeles. Une industrie, elle le raconte très bien, révolutionnée et déstructurée par l’Internet. Je l’ai retrouvée, le mois dernier, dans un jardin qui surplombe Paris, et nous avons commencé à parler. Etrangement, le sujet qui nous réunissait, son livre, n’a presque pas été abordé. Ceci car j’ai commencé par interroger Laureen sur son parcours professionnel et sur la ville où elle travaille, Los Angeles.