Comment peut-on couvrir au quotidien l’actualité d’une ville dirigée par le Front National (ou assimilé) ? Cette semaine, l’Atelier des médias vous propose un voyage dans trois communes de France, à la rencontre des journalistes localiers qui suivent, en région, l'extrême droite au pouvoir. Un reportage de Mélissa Barra à Mantes-La-Ville, à Fréjus et à Béziers.
Les dernières élections municipales, en mars 2014, ont placé des maires Front National, ou assimilés, à la tête de 14 villes françaises, et ont inauguré une nouvelle ère pour de nombreux journalistes de presse régionale. Progressivement, des rédactions locales ont commencé à pointer du doigt des harcèlements et des entraves à l’information systématiques de la part du pouvoir municipal.
Nous nous sommes rendus dans trois de ces terres de l’extrême droite. A Fréjus, cité balnéaire de la Côte d’Azur ; à Béziers, commune ancienne et pauvre d’Occitanie ; et à Mantes-La-Ville, bourgade ouvrière au passé socialiste. Comment travaillent au quotidien les journalistes localiers dans ces villes? Quelle couverture en font-ils et à quoi s'exposent-ils en retour?

Nous avons discuté avec des reporters du Parisien, du Courrier de Mantes, de Var-Matin et de Midi-Libre, mais aussi avec Cyril Nauth et Robert Ménard, respectivement maires de Mantes-La-Ville et de Béziers.