Premier Atelier des médias réalisé en période de confinement. On s'est penchés sur les débuts de l'épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine, et la façon dont les médias chinois l'ont racontée.

Reporters sans frontières affirme que « si la presse chinoise était libre, le coronavirus ne serait peut-être pas devenu une pandémie ». En substance, RSF explique que la censure et le contrôle imposés par les autorités chinoises sur les médias ont empêché les habitants de Wuhan de saisir l’ampleur du danger. Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, était notre invité pour en parler.

Puis nous avons joint l'envoyé spécial permanent de RFI à Pékin, Stéphane Lagarde. Il s'est rendu à Wuhan en janvier, à la veille du confinement de cette mégalopole de 11 millions d'habitants. Il raconte : « Ça a été un moment exceptionnel pour les journalistes chinois. J'avais jamais vu autant de journalistes chinois se mobiliser. (...) J'ai vu des reportages incroyables, même de la télévision centrale chinoise. » Ensuite, la propagande a repris le dessus, explique-t-il.